Une rencontre avec des calorifugeurs

Geneviève Dallaire, compagne d'apprentissage(Québec)

Geneviéve Dallaire a facilement été convaincue que le métier de calorifugeuse était fait pour elle. Aprés avoir reçu son diplôme d'études secondaires au Lac-St-Jean, au Québec, Geneviéve ne savait toujours pas ce qu'elle ferait de sa vie. Mais elle n'a jamais eu peur du travail physique et ne pouvait envisager une carriére où elle serait confinée derriére un bureau.

Aprés quelques mois au chômage, Geneviéve s'est interessée aux métiers spécialisés. Quand elle a entendu parler du métier de calorifugeur, elle a tout de suite su que cela lui plairait. « J'aimais le fait que c'était manuel, dehors et à l'intérieur, » avoue-t-elle. Geneviéve s'est donc inscrite au programme d'apprentissage provincial du métier de calorifugeur. Elle a reçu sa formation technique à l'École des Métiers de la Construction de Montréal et a poursuivi un stage chez Thermopro inc. et Isolation Val-Mers ltée, deux entreprises industrielles d'installation de matériaux isolants.

Âgée aujourd'hui de 28 ans, Geneviéve a complété son stage d'apprentissage et travaille actuellement comme compagne pour l'entreprise Isolation Val-Mers ltée à sa succursale de L'Assomption, au Québec. Et son travail lui apporte toujours autant de satisfaction qu'aux premiers jours où elle avait entendu parler du métier. « C'est tout le temps différent, » confie-t-elle. « T'apprends tout le temps de nouvelles affaires, t'es toujours avec du nouveau monde… Les gens avec qui je travaille sont de bonne humeur, ils aiment leur métier. »

En fait, cette dynamique d'équipe est devenu l'aspect le plus important du métier de Geneviéve. L'un de ses souvenirs les plus impérissables reste son travail d'isolation à l'usine pétrochimique Interquisa Canada à Montréal. Ce projet d'envergure exigeait la collaboration de « plein de monde de tous les métiers, » se souvient Geneviéve. « Y'avait environ 1000 personnes. »

Geneviéve souhaite que d'autres jeunes gens s'intéressent au métier de calorifugeur et que ce choix de carriére leur convienne autant que ce fut le cas pour elle. « Il faut aimer faire du travail manuel, et il faut apprendre vite, » ajoute-t-elle. De plus, « Il faut aimer le travail d'équipe ».